RAMALLAH

 A visiter; http://carnet2route.artfolio.com

JORDANIE/PALESTINE 2016   25/09jordanierinnen_1  -  15/10

Des nouvelles de chez nous et d'ailleurs!

 

Equipe féminine Jordanienne des moins de 17 ans, engagée dans la compétion internationale de football organisée en Jordanie par la FIFA  

 

Médecins du Monde s'indigne des conditions d'accueil des migrants -

Jeudi, 13 Octobre, 2016  HuMDM DENIS CHARLES AFPmanite.fr avec afp  Photo Denis Charler/AFP

Médecins du Monde a dénoncé jeudi "les conditions d'accueil particulièrement difficiles" des migrants, et notamment des mineurs isolés, sur le territoire français et "l'absence d'ambition politique" pour ces populations en grande précarité, dans son 16e rapport annuel.

Médecin du Monde s'indigne du "développement flagrant du nombre de mineurs isolés étrangers", "soumis à un véritable parcours du combattant pour faire reconnaître leur situation". L'ONG s'insurge notamment contre le recours aux tests osseux, "non adaptés, d'une imprécision totale", pour déterminer l'âge des mineurs, et qui laisse les jeunes "dont ni la minorité, ni la majorité n'est reconnue" dans "un véritable trou noir administratif".

 Médecins du Monde dénonce plus généralement "les conditions de vie épouvantables" des migrants installés dans des campements sauvages souvent insalubres. L'association a ainsi relevé "des cas de tuberculose, des problèmes de gale" ou encore "des épidémies de varicelle", notamment chez des populations en provenance d'Afrique. L'association se montrera "vigilante" vis à vis du démantèlement de la +Jungle" de Calais annoncé par les pouvoirs publics mais dont la date n'est pas encore officiellement connue.

 Pour Yannick le Bihan, directeur des opérations France, "il faut veiller à conserver une capacité d'accueil sur le site, pour éviter de retrouver les mêmes problématiques que celles apparues après la fermeture de Sangatte". Il estime que plus de 1.000 personnes ont déjà évacué le camp volontairement pour éviter d'être déplacées plus loin, mais "conservent l'objectif de rejoindre l'Angleterre". Françoise Sivignon, la présidente de l'ONG, a regretté "l'absence d'ambition politique pour l'accueil des personnes qui arrivent sur le sol français", alors que le pays "a les moyens économiques de les intégrer".

 Médecins du Monde se dit ainsi "déçu" par la loi santé adoptée en 2015, réduite "à une peau de chagrin". De même, la réforme du droit d'asile n'a pas été "aussi ambitieuse" que ce qu'espérait l'ONG. En 2015, l'ONG a mené 38.483 consultations médicales et plus de 34.000 consultations sociales dans ses 20 centres d'accueil, de soins et d'orientation (Caso).

 Plus de 95% des personnes reçues dans ces structures sont des ressortissants étrangers, originaires principalement d'Afrique sub-saharienne, du Maghreb et de l'Union européenne, précise le rapport. Médecins du Monde est également allé à la rencontre de plus de 24.100 personnes dans le cadre de ses "actions de proximité" auprès des SDF, usagers de drogues, prostituées ou migrants, pour leur faciliter l'accès à la prévention et aux soins.

Les palmiers de Palestine -

Une exposition agricole  àdate3 Gaza par Ziad Medoukh

Organisée pour trois jours au Centre Culturel Rachad Shawa dans la ville de Gaza , une exposition  sur les dattes et les palmiers  de Palestine a eu lieu du 10 au 12 octobre 2016.

Cette exposition organisée pour la première fois à Gaza par la chambre de commerce et d'industrie en coopération avec l'union des agriculteurs palestiniens vise à faire connaître les fruits de qualité de cette région agricole qui souffre du blocus, de promouvoir la compétitivité des produits agricoles, et d’activer le commerce intérieur. 22 coopératives agricoles et industrielles participent à cette exposition.

Selon les organisateurs et les intervenants, les objectifs de cette exposition sont les suivants:

Convaincre le client palestinien de la qualité du produit agricole national. Encourager et soutenir les produits nationaux de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, notamment les produits alimentaires. Développer une économie solidaire dans la bande de Gaza. Favoriser l'autonomie les agriculteurs.

Développer chez les habitants la conscience qu’il faut consommer les produits fabriqués localement.

Le secteur du palmier-dattier  est l'un des secteurs productifs les plus importants dans la bande de Gaza; ce secteur fait travailler cinq mille travailleurs dans la saison et aide à développer l'industrie alimentaire. La plupart des producteurs de palmiers comptent sur cette agriculture saisonnière , leur principale source de revenus.

Cette exposition défie le blocus et les restrictions imposées par l'occupation pour freiner l'économie palestinienne dans la bande de Gaza, et montre la volonté des Palestiniens de s'attacher à leur terre.

La bande de Gaza surpeuplée dépasse désormais les 2 millions d'habitants -

Avec afp  -  MercMOHAMMED ABED AFPredi, 12 Octobre, 2016  Humanite.fr   Photo Mohammed Abed/AFP 

La population de la bande de Gaza, enclave palestinienne exiguë, coupée du reste du monde et déjà surpeuplée, dépasse à présent les deux millions d'habitants, ont annoncé les autorités mercredi. "Il y a désormais deux millions de résidents dans la bande de Gaza, après la naissance de Walid Chaath la nuit dernière à Rafah", dans un hôpital du sud de l'enclave, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur à Gaza, Iyad Bezm. Peu de temps après le petit Walid est née une fillette, Lana Ayad, dans un hôpital de la ville de Gaza. La population de la bande de Gaza est à 50,66% masculine et 49,34% féminine, selon le ministère.

La croissance démographique de la bande de Gaza est un sujet de préoccupation humanitaire. "Les conséquences sociales, sanitaires et sécuritaires de la forte densité démographique et du surpeuplement figurent au nombre des facteurs qui risquent de faire de Gaza un lieu invivable d'ici à 2020", écrivait en septembre 2015 l'organe de l'ONU chargé des questions de développement et de commerce (Cnuced). Le Cnuced fondait aussi son pronostic sur les tendances économiques défavorables et les réalités politiques.

La bande de Gaza, territoire d'une quarantaine de km de long et de seulement 12 km au plus large, est l'une des entités politiques les plus densément peuplées au monde. Les deux millions de Gazaouis ont un accès limité à l'eau et à l'électricité. Les deux tiers au moins de la population dépendent de l'assistance internationale. La bande de Gaza est soumise depuis 2006 à un rigoureux blocus israélien, qui se double désormais d'un blocus égyptien, dirigé contre le Hamas islamiste qui gouverne l'enclave sans partage.

30 raids israéliens sur Gaza

Une journée très difficile pour les habitants de Gaza

 L’armée de l’occupation israélienne poursuit ses attaques et ses agressions contre la bande de Gaza, une région sous blocus israélien inhumain.

L’armée israélienne a blessé trois palestiniens  dans la bande de Gaza ce mercredi 5 octobre 2016 lors des bombardements qui ont visé plusieurs régions dans cette prison à ciel ouvert. Les avions militaires israéliens ont mené trente raids dans la bande de Gaza ce soir. C’était dans les villes de Gaza, de Burige au Centre de la bande de Gaza, de Khan Younis au sud de la bande de Gaza, et de Jabalya, Beit Hanoun et Beit Lahya au nord de la bande de Gaza.

Ces attaques s’ajoutent à l’attaque de la marine israélienne contre le bateau des femmes pour Gaza dans les eaux internationales cet après-midi.

Rien ne semble changer pour les Palestiniens de Gaza deux ans après la fin de la dernière offensive de 2014: blocus, agressions, incursions, bombardements , morts, blessés et souffrance.

Devant le silence complice de cette communauté internationale officielle. Et devant l’absence des médias qui occultent cette réalité, Gaza la courageuse défie l’occupation Gaza l’abandonnée résiste! Gaza la déterminée continue de s’accrocher à la vie !

Gaza le 5 octobre 2016

#

ok

Petit délire ?

Politique spectacle et collaboration -

Voici deux ou trois ans j'écrivais qu'Israël ne colonisait pas, il annexait purement et simplement,  c'est  toujours d'actualité.

La colonisation, outil d'annexion

La construction massive de logements, l'édification du mur, la destruction des maisons palestiniennes à Jérusalem, la négation de la culturelle palestinienne y compris dans les manuels scolaires,... participent à une politique d'annexion des territoires palestiniens au profit d'Israël.

A moyen terme les territoires occupés seront décrétés partie intégrante de l'Etat Israélien. Restera  la question de Jérusalem qui, contrairement à la Cijordanie ou à Gaza ne peut se régler bilatéralement entre l'Autorité Palestinienne et Israël. Jérusalem nécessitera l'intervention d'autres voix, en particulier celles des pays arabes qui s'ils sont insouciants au sort des palestiniens resteront vigilants quant à l'avenir de Jérusalem.

Une Autorité Palestinienne non crédible

A la tribune des Nations Unies le Président de l'Autorité ne manque aucune occasion pour se montrer sévére à l'égard du gouvernement Israélien, dans les médias M. Abbas appelle la communauté internationale au secours du Peuple Palestinien et il n'a pas de mots trop durs à l'égard du Premier ministre Israélien. C'est ce que j'appelle la politique spectacle, au demeurant pratiquée par de nombreux chefs d'états d'Obama à Hollande en passant par Poutine. Il s'agit dans ce cas précis d'apparaitre, aux yeux de l'opinion publique, comme les défenseurs du Droit International, du respect des résolutions de l'ONU. Mais en réalité seuls les intérêts d'Israël et la volonté du gouvernement Israélien, sont pris en compte.

Pour les Israéliens "négociation" est un mot qui ne figure pas dans leur vocabulaire, ceux qui négocient peuvent en mourir! Israël exige la collaboration à son projet de "grand Israël". Aujourd'hui ce projet passe par l'annexion des territoires palestiniens. Ceux qui ne collaborent pas deviennent des terroristes ou des antisémites, deux crimes punis dans la plupart des pays. Ainsi tous ceux qui contestent la politique d'Israël sur la question Palestinienne sont soit terroristes, soit antisémites et tombent sous le coup de la Loi. Il en est ainsi pour les palestiniens qui résistent à l'occupant et aussi pour tous ceux qui, de part le monde, dénoncent la politique de colonisation d'Israël et l'ensemble de ses effets à l'égard des Palestiniens ou des Arabes Israéliens.

Hollande, le soutient inconditionnel d'Israël

La justice française, qui condamne les militants prônant le BDS, collabore avec l' état israélien qui occupe militairement et civilement les territoires Palestiniens. Quand le gouvernement français accepte, au mépris du Droit International, que des entreprises françaises passent des marchés avec le gouvernement israéliens, il est complice de l'occupant.

La jeunesse palestinienne porte l'espoir d'un état Palestinien

Mais alors que penser, que dire de M. Abbas Président de l'Autorité Palestinienne qui proteste quand Israël assassine les Gazaouis mais qui s'évertue à étouffer toutes les voies de résistance dans les Terriroires occupés et qui, d'une certaine maniére, met la police palestinienne au service de l'occupation israélienne. Dans cette stratégie la jeunesse palestinienne est particuliérement visée car s'est elle qui souffre le plus de l'occupation et de l'allégeance de son Président envers l'occupant. Cette jeunesse, qui s'exprime sans tabou, sur les réseaux sociaux,  n'est pas résignée et pourrait bien transformer sa colére enfouie en une révolte organisée entrainant ses aînés.

Paguy

Amman le, 4 octobre 2016

_MG_1257 (1024x574)Assis sur une pierre, au bord de la mer Morte, je contemple les lumiéres de la Palestine, si proche et inaccessible !

 

 

 

 

 

_MG_1260 (714x1024)Lundi 3 octobre, nous vons déjeuné avec Baraa. Depuis deux ans elle étudie et vit à Amman avec sa mére et son frére.

Ensemble nous avons évoqué les souvenirs de la tournée de danse de 2011 dans le grand sud ouest de la France. Baraa s'intéresse à tout ce qui l'entoure, notamment à la politique, et elle s'adonne à l'écriture.

Plus tard, à l'université elle souhaite apprendre les langues.

 

 


 

Paroles d'un jeune plalestSOUSSOUinien -  Amman, écrit dimanche 2 octobre - Samia et Paguy

Samedi 1er octobre, c'est dans un café d'Amman, en présence de son cousin, chauffeur de taxi de son état, que nous avons rencontré Salem, un jeune du centre social de Doha. De passage à Amman il profite de son voyage pour nous rendre visite et évoquer la situation en Cisjordanie, nous parler aussi de nos amis palestiniens , notamment de celles et de ceux qui en 2012 sont venus danser en France à l'inititiative du CIOFF et plus particuliérement du Président de Montignac.

Avant de rejoindre Amman Salem est resté plus de trois heures au poste frontiére israélien, du pont d'Allenby, sans probléme particulier simplement pour attendre! Ensuite c'est à la frontiére Jordanienne que les choses se sont corsées il a pu en ressortir mais sans son passeport. Il est "invité" à se rendre lundi dans les bureaux des renseignements généraux jordaniens pour récupérer son passeport. A souligner que, par deux fois, Salem a été emprisonné par les israéliens.

Salem travaille comme animateur dans les cérémonies de mariages, sur le plan économique cela lui convient mais évidemment sa situation peut changer du jour au lendemain. Il estime que l'Autorité palestinienne est trés dure avec le peuple palestinien elle lui demande de ne revendiquer ni liberté, ni droit au retour. Peu à peu l'Autorité brise toute idée de résistance des palestiniens. Sur les réseaux sociaux l'Autorité est vertement critiquée. Lors d'un déplacement à Béthélem pour un congrés, aprés les obséques de S. Peres, le Président Habas devait passer au pied du camp de Deiché mais une manifestation des habitants lui a fait préférer une autre route. Salem est joyeux, insouciant en apparence, il vit la vie comme elle se présente il nous parle de la jeunesse palestinienne révoltée, de soulévement parce que cela ne peux plus durer !

Alors comment vont nos amis?Le centre social fonctionne bien, c'est un lieu éducatif, social et culturel, un centre de ressources pour de nombreux jeunes et leur famille. Il apporte beaucoup à la population qui montre une gtrande confiance à l'égard de ses animateurs.

Marcel  est en deuxiéme année de droit et travaille pour payer ses études et faire vivre sa famille. Marcel a été trés affecté par le refus de se voir attribuer un visa pour l'Allemagne mais il a bien rebondi. Le pére de Marcel est décédé prématuremment, d'une longue maladie comme ondit chez nous, c'était un homme plein de sagesse. Lors d'un déplacement à Jéricho en compagnie de Salem la police palestinienne les a arrêtés, ils se seraient trompés de route? ils ont été tabassés et emprisonnés jusqu'à ce que les coups portés ne paraissent plus.

Ziad poursuit aussi des études de droit et travaille comme barman pour financer ses études.

Soundos est aussi en fac de droit. Soussou j'aurais tant aimé la rencontrer!

Nabil, au sein de la troupe de danse Nabil occupait la responsabilité technique du groupe, c'était un garçon courageux et volontaire, il a voulu tenter sa chance en Espagne qui lui a accordé un visa, hélas Israël ne lui a pas permis de sortir de Cisjordanie.

Et puis il y a l'histoire de Mohamed, Mohamed est ce danseur qui à Sarlat sur une scéne exposée en plein soleil a fait un malaise qui a nécessité l'intervention des pompiers, il y a des souvenirs comme celui là qui ne vous quittent pas, être humain c'est peut-être cela? Mohamed est allé en prison, comme la plupart des jeunes palestiniens, à sa sortie il a été confronté à une (longue) période de déprime. Dans un premier temps il s'est jetté, à corps perdu, dan la religion, puis il s'est dit athée, il s'est replié sur lui même, isolé du monde,... Aujourd'hui Mohamed s'efforce de revivre mais c'est difficile, il est marqué par son incarcération. La prison, une épreuve difficile à vivre, dont on ne sort jamais idem! A Mohamed nous souhaitons beaucoup de forces et de courage, nous sommes certains qu'il a en lui les ressources pour retrouver son dynamisme et la gaité de vivre qui est dans chaque palestinien.

Baraa, actuellement en visite à Amman, où elle poursuit ses études. Baraa était une des plus jeunes danseuses de la troupe, souriante, dynamique elle dansait merveilleusement. Jointe par le canal des réseaux sociaux nous allons pouvoir la rencontrer lundi.

Parole de jeune; "J'ai l'impression de vivre en Israël, dans un pays où le gouvernement israélien aurait donné quelques villes à gouverner à M. Habbas".

 ##

3

Nahed Hattar écrivain, exécuté avant d'être jugé!

Arrêté le 13 aout dernier, l’écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné devant le tribunal d’Amman, situé face au quartier généralde la police, le jour même de son procès pour publication sur Facebook d’une caricature jugée anti-islam.Jugé pour avoir publié sur Facebook une caricature considérée comme offensante à l'islam,

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés, lundi 26 septembre 2016, près des bureaux du premier ministre jordanien pour demander la démission du gouvernement au lendemain de l'assassinat de l'écrivain Nahed Hattar. Cet écrivain chrétien connu pour ses positions nationalistes radicales a été abattu dimanche par un homme armé alors qu'il se rendait au palais de justice d'Amman. « Non à l'extrémisme, non à la violence. À bas le gouvernement », criaient les manifestants qui brandissaient des photos de l'écrivain assassiné, connu pour son soutien au président syrien Bachar al Assad. Les membres de sa famille accusent le gouvernement jordanien de ne pas avoir suffisamment protégé Nahed Hattar après sa libération sous caution, et alors même qu'il avait reçu des menaces de mort.

Amman - Jeudi 29 septembre

_MG_1167

Des dizaines d'enseignants manifestent devant le ministére de l'éducation pour protester contre une réforme des programmes jugée trop compliquée à mettre en oeuvre.

Dans un premier temps cette réforme avait provoquée la démission du gouvernement jordanien. Dans le nouveau gouvernement le ministre de l'éducation a été reconduit dans ses fonctions. Une décision qui a  conduit à de nouvelles manifestations.

 

Leila Shahid

"Pour les Palestiniens, Shimon Peres restera l'homme qui n'a pas mis en oeuvre les accords d'Oslo".

France info, mercredi 28 septembre 2016

Mardi 27 septembre -

Simple aller Retour

Allenby_Bridge

 8h15 nous quittons la maison familiale à Amman, direction la gare routiére. Un taxi collectif nous "attend" pour nous conduire à la frontiére cisjordanienne tenue par l'armée d'occupation israélienne.

Un as du volant, notre chauffeur, délaissant "la quatre voies" il emprunte les petites routes sinueuses et étroites, les virages serrées se succédent, et  une sortie de route seront à son tableau de chasse. Au volant, conduire n'est qu'une occupation secondaire, l'essentiel de sont temps il le passe au téléphone,  n'hésitant pas à utiliser les deux mains pour chercher une adresse, du rarement vue, un numéro de haute voltige qui nous conduit sans encombre au poste frontiére Jordanien. Aux alentours de dix heures, aprés les formalités d'usage, nous quitons le poste jordanien en bus, direction le poste frontiére israélien, situé quelques kilométres plus loin, que nous atteignons à dix heures trente cinq (j'ai regardé l'heure sur mon téléphone tout neuf acheté à Amman pour l'occasion).

Nous passons sur le pont d'Allenby, entre le pont et le poste frontiére on peut observer, de part et d'autre de la route, des files de camions chargés de parpaings, de sacs de ciment, de cocacola et de bien d'autres matériaux et produits. Une cinquantaine de camions attendent le bon vouloir des autorités israéliennes avant de livrer leur marchandise dans les commerces palestiniens.

A onze heure trente, avec l'attente au guichet, les choses sérieuses commencent et un quart d'heure plus tard mon passeport est orné du précieux tampon israélien. Pour Samia c'est une autre affaire, le jeu des questions réponses débute, pas moins de trois agents de sécurité se succédent, elle est coriace la bougre!  Entre chaque interlocuteur, la flamme de l'espoir brille puis vacille. Midi trente cinq Samia est conviée dans un bureau, vingt cinq minutes plus tard l'interrogatoire est terminé, Samia revient et il faut attentre encore, cette fois la flamme de l'espoir est chancellante. Treize heures quarante cinq le suspens est terminé nous retrouvons nos passeports et pouvons retourner... à Amman.

Comme pour les fois précédentes j'ai été autorisé à entrer sur le territoire occupé de la Palestine, le tampon du Liban apposé sur mon passeport n'a pas posé de probléme. C'est donc Samia qui dérange; "Palestinienne de 48", une expression insupportable pour les israéliens. Depuis 70 ans leur haine envers les arabes est intacte, bien conservée, elle grandit et se reproduit sans que rien, ni personne ne puisse la canaliser. Les israéliens veulent faire croire au monde entier que les palestiniens représentent un danger pour l'état d'israël mais la réalité est tout autre, les israéliens cherchent purement et simplement à faire disparaitre  les palestiniens  de la planéte.

En attendant que leurs fantasmes se réalisent les autorités israéliennes humilient, affament, emprisonnent et assassinent les palestiniens. Il serait plus juste d'écrire que les autorités israéliennes collaborent avec  des sociétés privées qui louent leur service pour surveiller, fouiller, interroger. Des sociétés dont les femmes et les hommes opérent avec beaucoup de zéle, des mercenaires sans foi ni loi.

Nous avons tenté et nous n'avons pas réussi, je ne verrais plus Shourouq, Soussou, Mohamed, Montaser, Vivianne, Marcel, Assil, Aiman, Mamoun, Reem, et tant d'autres, je ne reverrais pas le camp de Deiché et ses ruelles étroites, je ne reverrais pas le centre social de Doha et sa troupe de danse dont je garde de merveilleux souvenirs.

L'occupation d'une terre par une armée est toujours un drame humain, la Palestine n'échappe pas à la  régle et depuis 68 ans les palestiniens vivent un drame humain.

Qu'importe l'occupant, c'est toujours un barbare, qu'importe ses raisons (celles de l'occupant), l'occupation est de la barbarie.

Amis et fréres palestiniens je rentre à Amman le coeur gros, j'ai du chagrin de n'avoir pu vous serrer dans mes mes bras, je suis triste mais je reste à vos côtés, aux côtés du peuple palestinien.

Paguy

Amman, le 28 septembre 2016

Lundi 26 septembre, nous sommes à Amman dans la famille. Cette journée va être consacrée à préparer notre entrée et notre "ballade" en Cisjordanie. Deux objectifs, rencontrer nos Amis de Doha, du camp de Deiché, de Ramallah, peut-être de Tubas, tant que nous y serons faut pas se priver.. Ensuite Samia veut jouer les touristes Jéricho, Naplouse et Jaffa sont au programme. Bref la semaine sera bien remplie, mais faut-il encore que les gentils israéliens nous laissent rencontrer les méchants palestiniens! réponse demain dans la matinée.

Dimanche 25, c'est avec une heure de retard que nous décollons de Roissy C de G, vol normal sur lequel dans l'espace aérien israélien nous devons restés assis et attachés à la demande du pays survolé..